Historique

chene

La commune compte 1150 habitants (recensement de 1999) et appartient à l’arrondissement d’Albi. La majorité de la population active travaille à l’extérieur de la commune (près de 77%). Il n’existe pas à proprement parlé « de centre bourg ». Ceci s’explique par le fait qu’elle est de création relativement récente. En effet, elle fut érigée par décret préfectoral du 21 juillet 1870 de la commune de Lescure. Elle prit le nom de Le Garric qui était celui du lieu-dit situé au carrefour de la RN 88 et du C.D 25. Ce nom figure pour la première fois dans une délibération du conseil municipal de Lescure du 5 juin 1836. Le dit conseil critiquait à postériori le tracé de la route nationale depuis le ruisseau de Coules en direction de Carmaux, ne desservant que « deux maisons » et laissant de côté tous les hameaux de la région.

Il existait en ce lieu un chêne vert d’un âge et d’une stature remarquables. Il avait poussé dans l’angle Nord-Est du carrefour à la place du café actuel. On l’appelait « lou garric de las monjias(*) ».

Ce chêne fut coupé vers 1857 pour faire place aux constructions qui existent encore actuellement.

(*) : Le terme de « monjias » figure à de multiple occasions dans divers actes tels les cadastres de 1559 et de 1617. Il désigne en occitan les moniales, étant le féminin de « monjès » : moines. (Extrait du livre de M. Albert Besombes)